L’histoire

histoire_01

« Au commencement du XVIe siècle, quatre jeunes filles de la région avaient formé à Mornant le noyau d’une communauté religieuse.
Elles étaient appelées Sœurs St Charles François. Par leur testament du 15 Mai 1701, leurs survivantes furent héritières des prémourantes, à condition de continuer leur œuvre. Marie Benière institua ainsi ses compagnes héritières, à charge pour elles de tenir les petites écoles de filles.
Ainsi fut fondée leur communauté.

A l’époque de la terreur, elles furent arrêtées, liées sur une charrette et jetées dans les prisons de Lyon en attendant leur exécution. Mais la mort de Robespierre fut le signal de leur délivrance, et peu après, elles reprirent leurs paisibles travaux, après huit mois de détention. Plus tard, en application d’un décret impérial, leur congrégation fut dissoute ; elles s’affilièrent à l’ordre des sœurs Saint Charles le 20 Octobre 1804, et elles s’occupèrent de jeunes filles dans le pensionnat qui subsista place Carnot, alors place de la Croix Blanche, jusqu’au moment où fut érigé le vaste pensionnat de la rue Serpaton (année 1854) ».

D’après Noël DELORME . Mornant en lyonnais, Association des Amis du Vieux Mornant

 

De 1854 à 1978, les religieuses de la Congrégation Saint Charles poursuivent leur activité et accueillent « des mineures de sexe féminin atteintes de débilité profonde », avec un agrément Aide Sociale à l’Enfance.

En 1978, l’AMPH fait suite à cette institution religieuse en créant l’IMPRO de Mornant. Puis progressivement par l’ouverture des 7 autres établissements et services, l’Association accueille aujourd’hui en 2010, 230 personnes handicapées (jeunes et adultes), accompagnées par 170 salariés.